Marionnettes électriques


#1

Le projet

Le projet “Marionnettes électriques” est une création de Thomas Peyruse comme auto-entrepreneur labellisée “Toulous’up” par la mairie de Toulouse. Le but de ce projet est de questionner et utiliser les dernières innovations en robotique à travers des créations artistiques. Ces recherches auront pour but final de créer un prototype de robot pour fin 2018.

Événements à venir:

Thomas Peyruse

Je travaille sur un double parcours d’artiste et d’ingénieur de recherche.
Je suis avant tout de formation ingénieur en automatique de l’Ecole Centrale de Nantes depuis 2006. J’ai ensuite été consultant chez ALTRAN Sud-Ouest à Toulouse en travaillant d’abord sur le contrôle des satellites pendant 1 an et demi puis sur le pilotage manuel des avions de ligne Airbus pendant 8 ans. Le travail d’automaticien demande beaucoup de plasticité et de curiosité puisque dans la plupart des cas, le système à contrôler n’est pas connu. Travailler comme automaticien demande donc de solides bases en physique et technologie.
A côté de cela, à partir de 2008, j’ai commencé à me former au travail d’acteur au Grenier Théâtre puis au TNT et enfin au clown avec le Bestiaire à Pampilles. Je participe désormais à différents projets et j’ai surtout un amour de la scène.
Mais derrière toutes ces activités, c’est avant tout un travail de recherche que j’effectue sur les systèmes complexes doués d’autonomie (autant biologiques que synthétiques), sur la faisabilité et sur le questionnement éthique. Ce processus passe par la conception “dans le garage” de plusieurs robots et à la participation à l’association Caliban qui prend du recul sur la robotique.
En novembre 2014, je décide de me consacrer à temps plein à la mise en scène de robots et fin janvier 2015 j’aboutit au spectacle “School of Moon” sous la direction du chorégraphe Eric Minh Cuong Castaing.

La scène comme catalyseur d’innovation

Tout d’abord, la scène est l’un des environnements les plus hostiles pour un robot. Les lumières, l’utilisation de batteries, la liaison sans fils, la casse mécanique, l’électronique, la connectique… Tous les domaines qui font qu’un produit industriel est intéressant ou pas sont abordés de la manière la plus pragmatique qui soit. Un effort de créativité est nécessaire à tout moment. L’univers du “Maker” est ici tout adapté.
Ensuite, la scène est un endroit de représentation et le robot n’obéit pas à un “cahier des charges” mais à un rendu artistique. Cela pousse à créer à partir du rien à travers de l’expérimentation, de l’improvisation pour arriver à susciter une réaction du public. L’univers de la marionnette est ici tout adapté.
Enfin, l’art permet aussi de travailler sur le recul face aux technologies qui prennent de plus en plus de place parmi nous et qui déforment notre esprit, notre corps. Ce travail éthique est souvent entravé quand on travaille sur un cahier des charges. Transmettre tous ces questionnements au public par la représentation ou encore l’atelier est aussi une sorte de service public.

Prestations

Mon travail autour de la robotique se concrétise autour de ces services :

  • Expertise en robotique et technologies du numériques pour tout domaine, y compris le spectacle.
  • Animation d’atelier d’animation de robot tout public
  • Animation de stand lors de salons grand public ou professionnels
  • Conférence “Qu’est ce qu’un robot ?” sur une analyse littéraire du terme “robot” et en particulier sur l’auteur Karel Capek créateur du terme “Robot”.
  • Conférence “La conscience peut-elle être artificielle ?” sur la reflexion autour du terme conscience à la lumière des derniers travaux en IA et en neuroscience.
  • Conférence “Le moteur : instrument de création artistique” sur l’utilisation des moteurs pour les marionnettes et la mise en place du “transfert”.

School of Moon

Photo copyright by Andréas Endermann
Le premier projet est le spectacle “School of Moon” du chorégraphe Eric Minh Cuong Castaing qui questionne la forme humanoïde qu’elle soit de chair ou de plastique. Karel Capek, l’auteur de la pièce de théâtre Rossum’s Universal Robot écrivait “Il n’y a rien de plus étrange pour l’homme que son image”. C’est cette étrangeté sur laquelle la pièce travaille.
Côté technologique, il y a 5 robots sur scène dont 2 Poppy et 3 Nao. Le challenge est assez important puisqu’ils sont sur scène pendant presque 1 heure sans possibilité d’intervention directe. Des techniques en collaboration avec les danseurs ont été mises en oeuvre pour que le spectacle se déroule correctement. L’expérience acquise sur la gestion des pannes et le contrôle temps réel est conséquente et sera utile pour la conception et l’utilisation de futurs robots.

L’age d’or

Ceci est un autre projet du chorégraphe Eric Minh Cuong Castaing qui travaille sur l’augmentation du corps par la technologie et en particulier chez les personnes handicapées. Un premier travail est actuellement en cours sur l’immersion en temps réel dans une autre personne à travers un casque de réalité virtuelle. Le travail chorégraphique peut provoquer des dissonances de conscience. Se voir à travers les yeux d’une autre personne est très étonnant et permet de prendre conscience de son corps de l’extérieur.

Phoenix


Le spectacle “Phoenix” du chorégraphe Eric Minh Cuong Castaing travaille cette fois-ci sur le sujet du drone. Cette création est en cours pour le printemps 2017 et cherche encore une fois à innover dans ce domaine en confrontant le drone et la scène.
Comme le drone doit être toujours en vol sur scène, il a été décidé de travailler sur le drone autonome avec navigation visuelle. Le drone embarque donc une Raspberry Pi 3 avec Robotic Operating System (ROS).

RoboCARE Lab

La start-up toulousaine RoboCARE Lab travaille sur l’utilisation des robots dans les domaines de la santé et de l’éducation, là où le robot ne remplace pas l’homme mais l’assiste. Tout d’abord chez les enfants autistes qui ont un blocage vis à vis des humains, le robot est une des passerelles pour le traitement. Cela demande en revanche un rendu irréprochable sous peine de transformer le robot en monstre.

Pédagogie

Avec les annonces de groupes trans-humanistes, l’automatisation du travail, et les films de sciences fiction, un travail de pédagogie et de questionnement est important vis-à-vis du public et du citoyen. Les projets décris ci-dessus y participent mais un travail plus proche du public par des ateliers ou encore des stands est aussi important.

Les Apérobots

L’Apérobot est un événement mensuel créé par l’association Caliban afin que des roboticiens de tout horizon se rencontrent. Il a lieu tous les deuxième mercredi du mois à 19h au Centre Culturel de Bellegarde. Je m’occupe en partie de son son organisation avec l’aide de Caroline Acanfora et Jean-Philippe Rodrigues du Centre Culturel de Bellegarde.

Le robot “du futur”

A la lumière de tous ces projets, un nouveau robot est en cours de conception pour fin 2018. Le robot est conçu en prenant en compte toutes les questions éthiques comme l’écologie, la fiabilité, la protection des données privées et bien sûr la sécurité. On pourrait même dire que dans l’idéal, le robot parfait n’est pas nécessaire si on fait confiance à la nature.
D’ailleurs, tout partenaire éventuellement intéressé par ce projet peut me contacter.

Projet avec la participation de :
La compagnie de danse contemporaine Shonen et


Événements passés:

  • du 21 au 24 mai : représentation de School of Moon à Düsseldorf en Allemagne

  • du 5 au 8 mai au Fablab Festival

  • le 4 mai de 14h à 18h au quai des savoirs à Toulouse pour “la science contre-attaque”

  • le 16 avril : représentation de School of Moon au théâtre des Mazades à Toulouse

  • le 19 mars : présence de Poppy à la cité de l’espace pour la semaine de l’industrie

  • du 29 février au 6 mars : extrait de la pièce School of Moon à la médiathèque de Nancy avec le Ballet de Lorraine

  • du 2 au 4 février : représentation de School of Moon au KLAP de Marseille

  • du 27 au 29 janvier : représentation de School of Moon au Ballet National de Marseille

  • du 7 décembre 2015 au 4 février 2016 : résidence au KLAP et BNM de Marseille

  • Exposition de Poppy à Futurapolis les 27 et 28 novembre dans la grande halle du quai des savoirs à Toulouse.

  • Table ronde le vendredi 27 novembre à 17h au museum d’histoire naturelle de Toulouse sur “art, industrie, friction créative”

  • du 30 novembre au 4 décembre : résidence au Cuvier de Bordeaux

  • du 7 au 19 décembre : résidence au Ballet National de Marseille

  • Comédien dans la pièce Impair et père de RayCooney mise en scène par Francis Azéma (troupe Cœur et Jardin) au Grenier Théâtre du 4 au 21 Novembre 2015

  • Organisation de l’Aperobo 2.0 au Centre Culturel de Bellegarde à Toulouse le 9 novembre à 19h (tout public)

  • Conférence sur le logiciel FIRE au Capitole du Libre à Toulouse le dimanche 22 novembre de 14h à 15h

  • Organisation de l’Aperobo 1.0 au Centre Culturel de Bellegarde à Toulouse le 14 octobre à 19h (tout public)

  • Comédien dans la pièce Cuisine et dépendance de Agnes Jaoui et Jean-Pierre Bacri (troupe Ici et pas ailleurs) au grenier théâtre les 17, 18 et 19 octobre 2015

  • Présentation du projet Marionnettes Électriques à la journée découverte art et industrie créative, l’innovation dans tous ses états. au Ciné32 à Auch le 23 octobre.

  • Présentation du projet School of Moon au Fablab Artilect de Toulouse le 7 septembre 2015.

  • Résidence du projet School of Moon du 21 septembre au 4 octobre au Centre de Développement Chorégraphique de Toulouse. Sortie de résidence le 2 octobre.

  • Stand à la Nuit des chercheurs sur la robotique humanoïde en commun avec le LAAS, Science Animation et l’UPSSITECH le 25 septembre à la Cité de l’espace.

  • Résidence du projet School of Moon du 24 au 28 aout au WIP de Paris (Villette).

  • Stand Caliban à la Japan-expo au parc des expositions de Villepinte du 2 au 5 juillet et

  • conférence “Robot : science ou fiction” à la Japan Expo le dimanche 5 juillet de 14h45 à 15h30 en salle KURI

  • Fablab Festival au Multiple les 9 et 10 mai 2015

  • Animation d’atelier de marionnette robotique au mini Fablab festival au Multiple le 4 avril 2015

  • Animation d’atelier de marionnette robotique au Village de l’industrie Place du Capitole les 2 et 3 avril 2015

  • Comédien dans la pièce Impair et père de Ray Cooney mise en scène par Francis Azéma (troupe Cœur et Jardin) au Grenier Théâtre du 1 au 28 Mars 2015

  • Première présentation du projet Marionnettes Electriques au Fablab Artilect Lundi 3 novembre 2014 – 19h30


#2

Bonjour,

Je crois que nous devrions nous mettre en relation…nos travaux de recherche se croisent avec brio.
Nous c’est Comacina capsule créative, en collaboration avec Flowers de l’Inria Bordeaux - en résidence actuellement etc. Il y a des posts sur le forum, aussi sur notre site: http://comacina.org/

on peut échanger?
comacina.contact@gmail.com

au plaisir!

m-a et ama


#3

En effet, je suis très sensible à votre travail, notamment sur la gravité qui est le moteur essentiel des marionnettes et sur le geste.
Pour info, dans une semaine, je vais faire un stage d’une semaine de mime (j’en avais déjà fait sur des séances de 2 jours, mais c’était trop court).
Dans la notion d’effort développé, en mime on utilise beaucoup le bassin. Par exemple, pour pousser un mur imaginaire, pour donner l’illusion d’effort, on positionne les mains en point fixe et quand on “pousse”, on rapproche le bassin du mur (tout en jouant l’effort)
Poppy est le seul robot qui possède un bassin articulé, je pense que cela pourrait créer une belle illusion.

Il faut que le robot bouge par lui-même pour faire cette pantomime. Du coup, je travaille activement à développer un logiciel pour faire ce genre de choses (programmation par contraintes)… Mais bon, travail en cours :smile:


#4

Oui penser la gravité avec les marionnettes ou les robots débranchés est un point essentiel et passionnant. On doit faire des sortes de conversion mentales kinesthésiques pour la penser à travers leurs “corps”. On a essayé justement de pousser le mur ( créer l’illusion de): voir la vidéo en dyptique - à gauche l’humain à droite le robot pris dans un bloc.
On a été obligé de le suspendre un peu sans quoi dès que le pied frôlait le sol, glissait, ça contrebalançait le corps du robot et déséquilibrait le tout (Poppy était collé au bloc). Comme on essaie de rendre l’effort visible, on l’a fait marcher nous même contre ce bloc et là, le bassin se rapproche logiquement par la réaction en chaine et il réalise le mouvement de va et vient - même tout petit mais cela rend déjà l’effort plus sensible.
Ce serait vraiment intéressant d’échanger autour de la réalisation du logiciel que tu es train de mettre au point,tu dois “t’amuser”! Bon travail!


#5

Bonjour,

Bravo pour ce travail!
Si vous avez des questions relatives à la biomécanique, au design et à l’impression 3D, je peux vous aider bien que je m’intéresse surtout aux marionnettes mécaniques.

Le scanner 3D de X-Box dispose d’une reconnaissance gestuelle mais je ne parviens pas encore à enregistrer des fichier de mouvement en bvh/fbx. Ce type de capture du mouvement permettrait de contrôler le robot sans devoir paramétrer chaque composante du geste.


#6

Merci pour ce message.

Je n’utilise pas encore le kinect pour le moment. C’est vrai que ça permet une saisie des mouvements interessante. Malheureusement, cette technique permet difficilement la modification des mouvements “la main est trop haute” ou "la tête n’est pas dans la bonne direction"
C’est l’avantage de travailler en “pose to pose”, on a juste les images principales à former et les algorithmes d’interpolation s’occupent des transitions. Ca permet d’affiner à volonté une chorégraphie et son rythme.
Par contre, j’utilise beaucoup la Leap-Motion qui est en fait une mini kinect juste pour les mains. Ca permet cette fois-ci un contrôle de la tête du robot en temps-réel qui donne une illusion de vie troublante pour le robot sur scène. Là ça se rapproche beaucoup plus de l’art de la marionnette. Faire un “transfert” en WIFI est quelque chose d’assez grisant…


#7

Site updated !!! :grinning:

New horizons.

https://www.poppy-project.org/project/marionnettes-electriques/


#8

Nouveau site pour de nouveaux projets !!


#9

Bonjour,
Super intéressant ces projets chorégraphiques “school of Moon” et “l’age d’or” !
J’ai hâte d’en voir plus !