POPPY N+Z à Berlin

event
humanoid
Tags: #<Tag:0x00007f5ceab13d90> #<Tag:0x00007f5ceab13b10>

#1

Le 5 novembre dernier, nous avons présenté à Berlin, au State Festival, édition “The Sentimental Machine“ (http://www.statefestival.org), une étape de recherche-création de la performance Poppy N+Z . Théo Segonds du laboratoire Flowers était présent avec nous à Berlin.


Nous y avons présenté deux tableaux. Le premier est un travail de danse-contact entre les danseurs et les poppys, les danseurs recherchant dans le corps des poppys des points de jonctions, de leviers, à percevoir le mouvement des centres de gravité, à partager le même axe gravitaire… Les poppys sont, pour l’instant dans ce tableau, en mode compliant. Nous pensant ensuite passer en mode semi compliant de façon à pouvoir travailler certains points fondamentaux en contact improvisation comme le transvasement du poids du corps, plus généralement les interdépendances sur lesquelles s’appuie cette conversation corporelle.

Le troisième tableau est un travail de recherche et de création sur le langage s’appuyant sur deux répertoires qui tissent des correspondances, l’un entre gestes et phonèmes, l’autre entre mouvements (séquences chorégraphiques) et mots. Dans ce tableau, les poppys, les danseurs et le philosophe réagissent, improvisent, dans un premier temps, à partir de phonèmes puis à partir de mots qui sont tirés de ces répertoires et dits oralement pendant la performance, l’ordre n’étant jamais le même d’une performance à une autre.

Pour construire son répertoire de correspondances mot/ mouvement, Poppy s’appuie sur son répertoire de correspondances initial entre phonèmes et gestes. Cependant les séquences chorégraphiques correspondant aux mots ne sont pas simplement une addition de gestes/phonèmes, car les gestes s’enchainent relativement aux gestes précédents et certains gestes sont exécutés simultanément, d’autres successivement. Pour la présentation à Berlin, nous avons également crée une interface web de façon a améliorer le contrôle du robot sur la scène.

Pour l’instant du côté de Poppy, les gestes correspondant aux phonèmes et les séquences correspondant aux mots sont fixes. L’idée, pour la suite, est de travailler à créer un dialogue, une forme d’interaction entre les gestes et mouvements de Poppy et le son, voix dans le tableau 3 et musique dans le second tableau. Comment le volume, les inflexions, modulations, modes prosodiques et le rythme de la voix ou de la musique modifient la qualité, l’amplitude, le rythme des mouvements de Poppy.

A Berlin, il n’y avait qu’un seul duo, la danseuse Bi-Jia Yang et un robot Poppy, l’autre particularité était que la performance se déroulait principalement en anglais, nous avons donc introduit des phonèmes spécifiques à la langue anglaise se mélangeant aux phonèmes de la langue française dans un parti pris plurilingue anglais, français et allemand (pour le philosophe).
Les retours du public ont été particulièrement enrichissants notamment concernant la perception du public quant aux interactions entre Poppy et la danseuse Bi-Jia Yang.
Un article paraitra le mois prochain dans le magasine berlinois Tanz dédié à la danse et à la performance.

La prochaine représentation de Poppy N+Z aura lieu le 20 janvier 2017 au Dôme programmée par le service culturel de la ville de Talence. Il s’agira de la première représentation de la performance dans sa version intégrale.
Nous serons en résidence du 9 au 20 janvier à la Cité des Sciences puis à Inria et au Dôme.
Au plaisir de vous rencontrer le 20 janvier au Dôme!!!
https://youtu.be/52LlceKd0Ng